Etat des lieux de l’hébergement “cloud”

by admin | 2nd November 2010

Un rapide tour d’horizon des hébergeurs qui proposent des hébergements “cloud” avec un intérêt particulier pour ceux qui possèdent des infrastructures en Europe et en France.

Nous nous intéressons ici uniquement aux offres de type “Infrastructure as a Service” (IaaS) c’est à dire à la location d’instances de serveurs.
Pour schématiser, il s’agit d’une alternative à la location de machines physiques complètes.


L’hébergeur dispose d’un parc de machines de très grande capacité sur lesquelles il fait tourner un hyperviseur qui “héberge” (sur la même machine physique) des instances de systèmes d’exploitation (VM 1, VM 2, VM 3 sur le schéma ci-contre) qui sont louées individuellement et auxquels est allouée une partie des ressources (disque, RAM, CPU) de la machine physique hôte.

L’engouement actuel pour le “cloud” s’explique par les nombreux avantages qu’il a sur les deux types d’hébergement prépondérants jusqu’ici : la location de machines chez un hébergeur ou le “self-hosting” (location d’une baie chez un hébergeur dans laquelle on installe ses propres machines) :

  • le dimensionnement fin de la puissance des machines : il est ainsi possible de louer une toute petite machine avec quelques Gigas de disque et quelques centaines de Mégas de RAM ou quelque chose de très gros allant jusqu’à 16 ou 32 Go de RAM.
  • l’évolutivité accrue : puisque la machine à laquelle on a accès tourne dans un hyperviseur, il est possible de faire évoluer la puissance louée sans avoir besoin de changer de machine. C’est un avantage autant pour une éventuelle montée en puissance que pour éviter les régulières migrations de machines visant simplement à rester sur du matériel récent.
  • la possibilité de mieux séparer l’architecture d’un système d’information : plutôt que de devoir adapter l’architecture logicielle à un certain nombre de machines disponibles de puissance donnée, l’hébergement “cloud” permet une architecture basée sur une séparation des services plus rationnelle (séparation par projet par exemple).
  • la rapidité de la mise à disposition d’une nouvelle machine (qui se fait en software et est donc quasi-instantanée) permet de créer à la demande et pour de très courts laps de temps des machines de développement, maquette, test etc.
  • les tarifs sont aujourd’hui compétitifs même si on n’aura pas un prix équivalent pour une même puissance à ce qu’on peux trouver pour une machine “fixe” mais la flexibilité du “cloud” et la possibilité de démarrer avec une puissance limitée et d’adapter l’hébergement en fonction des besoins ensuite est un avantage important.

Les 2 géants Amazon et Rackspace.

Source http://www.jackofallclouds.com/2010/09/state-of-the-cloud-september-2010/

Source http://www.jackofallclouds.com/2010/09/state-of-the-cloud-september-2010/

Les deux hébergeurs américains se partagent la majorité du marché de l’hébergement “cloud”. A noter qu’ils se livrent une guerre particulièrement féroce sur le net (il suffit de lire un certain nombre d’entrées de blogs qui comparent les deux offres ou les commentaires de ces blogs pour y voir la trace des départements “PR” des deux sociétés) allant jusqu’à des comparaisons directes dans la présentation de l’offre de Rackspace.

Amazon

Amazon est le leader historique du secteur; l’avantage de son offre est le caractère très complet des API permettant de contrôler dynamiquement son infrastructure. Il est possible d’héberger des instances aux Etats-Unis, à Singapour ou en Europe (Irlande) mais l’hébergement hors des Etats-Unis est plus cher (!).

Rackspace

Rackspace est le principal hébergeur des startups californiennes. Les prix et la lisibilité de son offre sont son principal avantage. L’ouverture d’une offre avec hébergement à Londres est prévue avant la fin 2010.

Comparatifs

A première vue, l’offre de Rackspace est plus modulaire avec une grande lisibilité des tarifs et une plus grande finesse dans les caractéristiques techniques des machines virtuelles proposées. Quelques comparatifs ont été réalisés de façon indépendante pour analyser les performances techniques. Il en ressort une assez nette supériorité des performances des machines virtuelles proposées par Rackspace.

Les outsiders américains

Linode

Si l’on compare les volumes relatifs des instances virtuelles, on constate une percée nette depuis le début de l’année de l’hébergeur Linode :

Source http://www.jackofallclouds.com/2010/09/state-of-the-cloud-september-2010/

Source http://www.jackofallclouds.com/2010/09/state-of-the-cloud-september-2010/

A noter qu’il est possible d’héberger des instances en Europe puisqu’ils proposent l’hébergement dans un datacenter de Londres en fonctionnement depuis début 2010 . Un comparatif assez complet (code source fourni) place Linode très au dessus des autres du point de vue des performances.

En france

Gandi

Gandi a lancé très récemment une offre relativement similaire à celle de Rackspace. Bien que le descriptif technique soit séduisant il n’est pas sûr qu’il y ait de la place dans ce marché pour les petites structures puisque la viabilité et la crédibilité des offres dépend largement du volume d’instances gérées.

OVH

OVH propose depuis longtemps des serveurs dédiés à des prix très compétitifs . Sans qu’il y ait à notre connaissance de date de sortie prévue, les propositions de tests aperçues sur leur forum utilisateurs laisse présager la sortie prochaine d’une offre “cloud”qui risque d’être intéressante si on en juge par les autres offres proposées par OVH.

Conclusion

Le domaine de l’hébergement “cloud” est en évolution rapide entre les acteurs spécialisés et les anciens hébergeurs. Compte tenu des éléments présentés ci-dessus notre choix se porterait plutôt vers Linode qui semble avoir atteint une taille critique, dont les prix sont intéressants et qui possède des infrastructures fonctionnelles en Europe  depuis près d’un an. En cas de contrainte forte pour héberger les données en France, le plus judicieux semble être d’attendre les offres d’OVH.

http://github.com/uggedal/vpsbench

Comments are closed.