Débat sur l’université ouverte

by admin | 17th May 2009

Dans le cadre de la Biennale de la démocratie de Turin (Italie), le débat sur le futur de l’université ouverte s’est déroulé du 20 au 23 avril 2009. Ce débat expérimental, organisé par le NEXA Center for Internet & Society du Politecnico di Torino comportait une phase de débat en ligne utilisant des outils innovants et une réunion de conclusion. L’opération a été présentée dans l’événement de la Biennale de la démocratie consacré à Internet et la démocratie délibérative.

L’université ouverte du futur ne sera pas seulement une université ou chacun peut suivre des cours. Certains ont proposé qu’une université soit dite ouverte si ses productions pédagogiques et publications scientifiques sont en accès libre, si les outils qu’elle utilise sont des logiciels libres et des normes ouvertes, si son réseau est ouvert au sens de l’internet ouvert et si elle utilise les brevets qu’elle détient dans un sens favorable à l’accès à l’innovation et aux connaissances. Ces principes ont été codifiés dans la Déclaration de Wheeler.

Débat expérimental ne veut pas dire “débat pour rien” : John Dewey définissait la politique et la démocratie toute entière comme une expérimentation. La Biennale de la démocratie a adopté cette philosophie en appellant à organiser une série d’expériences démocratiques.

Università Aperta était l’une d’entre elles, avec de vrais défis à la clé : organiser un débat en ligne riche sur un sujet complexe se déroulant sur une durée très brève (trois jours) et débouchant sur une réunion physique où les résultats du débat sont présentés aux décideurs universitaires.

Les étudiants et le personnel des universités turinoises étaient invités à participer au débat. Celui-ci se déroulait selon trois modalités parallèles utilisant chacune un outil ou processus innovant : un débat sur l’opportunité pour les universités de devenir ouvertes, un débat sur la définition proposée par la déclaration de Wheeler et un appel à propositions d’action.

Les échanges sur le principe de l’université ouverte reposaient sur un forum de discussion auquel on accédait par une carte interactive des sujets débattus et principaux arguments (utilisant l’outil Glinkr® développé par Sopinspace)

Les participants pouvaient formuler leurs commentaires sur la définition proposée dans la déclaration de Wheeler en utilisant l’outil co-ment® développé par Sopinspace. Enfin, les propositions d’actions formulées par les participants ont fait l’objet d’une évaluation collective au moyen d’une technique de notation graduée dont nous avons développé le support informatique dans plusieurs contextes (ici un module du système de gestion de contenus libre Drupal).

La participation au débat en ligne a été modérée, essentiellement en raison de sa courte durée et du fait que les invitations à participer au débat adressées par email par les universités arrivaient à des adresses que les étudiants ne consultent qu’assez rarement. La participation a cependant atteint un niveau suffisant pour des échanges de qualité où s’exprimaient des positions diverses : 1500 visiteurs uniques en trois jours, 125 utilisateurs enregistrés, 300 contributions ou évaluations de propositions.

A la fin du débat en ligne, des synthèses ont été élaborées pour chacune des facettes du débat. En parallèle, des participants ont été invités à agir comme messagers du débat (parmi ceux ayant signalé au moment de l’enregistrement leur acceptation d’être contactés à cet effet). Le rôle des messagers était de présenter les résultats du débat (positions et arguments en présence, propositions d’action) lors de l’évenement final, les décideurs universitaires (président – rettore -, responsables des différents départements thématiques concernés) réagissant à ces présentations.

Università Aperta a débouché sur des décisions concrètes, le Politecnico di Torino s’étant par exemple engagé à produire un tableau de bord d’où se situe cette université par rapport aux critères de la déclaration de Wheeler. L’opération conduite pendant la Biennale de la démocratie connaîtra des prolongements à plus grande échelle : débat européen sur le rôle des universités dans le devenir des biens communs à l’occasion de la conférence finale du réseau européen COMMUNIA, débat préparatoire à la journée consacrée aux jeunes chercheurs dans l’Euroscience Open Forum 2010 et sans doute un nouvel événement dans la Biennale Democrazia 2011.

Comments are closed.