Les Etats généraux de l’alcool

by admin | 18th December 2006

Fin 2006, Sopinspace a réalisé la modération et les synthèses de la participation du site internet des Etats généraux de l’alcool, organisés par l’INPES, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé.

Les Etats généraux de l’alcool ont été organisés de septembre à décembre 2006 selon un modèle classique de décentralisation régionale (26 régions incluant les DOM-TOM) suivie d’une synthèse nationale. Le but des états généraux était d’ouvrir un large débat, réunissant tout l’éventail des parties prenantes, des producteurs d’alcool aux associations de lutte contre l’alcoolisme et aux acteurs de santé, et, surtout, mobilisant la société civile. Le débat était volontairement déconnecté de décisions immédiates, sa visée étant de renouer un dialogue dans un contexte conflictuel et de faire apparaître enjeux et pistes d’action.

Deux éléments originaux durent être mis en place : des jurys citoyens dans chaque région (26 participants par région) et un site Internet de débat développé par Euro-RSCG et dont la modération et les synthèses étaient assurées par Sopinspace.

Le site Internet fit un usage au niveau de l’état de l’art des outils de structuration des débats par les catégories et mots-clés : chaque intervenant choisissait la catégorie à laquelle se rattachait son intervention dans une liste fermée (correspondant aux six thèmes du débat) et proposait par ailleurs des mots-clés de son choix. Les mots-clés étaient visualisés sous forme de nuages de tags. Catégories et mots-clés donnaient accès directement aux interventions correspondantes.

Le site Internet a connu une fréquentation très nettement supérieure à celle de dispositifs d’information pure : 120 000 visites en quatre mois. Cependant, le nombre de contributions est resté faible et elles ont émané principalement d’intervenants spécialisés (association d’anciens alcooliques, experts), à l’opposé de l’objectif affiché de mobilisation large de la société civile. Les contributions et l’impact du site de débat furent fortement limités par le fait qu’aucun rôle ne lui était assigné dans le déroulement des états généraux : pas de retransmission des débats Internet dans les réunions, pas d’engagement explicite à prendre en compte les interventions sur Internet et leur synthèse dans les conclusions de l’opération.

Pour plus de précisions voir la fiche dédiée à ce projet sur le site de l’observatoire des débats publics.

Comments are closed.